novembre 2019

Dans une petite ville d’Italie que le volcan du mont Vésuve a ensevelie il y a près de vingt siècles sous un fleuve de lave, on trouve d’anciens manuscrits brûlés qui ressemblent plus à des charbons éteints qu’à des livres. On y déploie depuis longtemps, lentement et péniblement, d’ingénieux procédés afin de déchiffrer leurs contenus, ligne par ligne, mot par mot.
Alors, supposons ensemble que l’un de ces rouleaux d’Herculanum ait renfermé un exemplaire des épitres de Jean. Imaginons aussi qu’il fût le seul qu’il y eût au monde ! 

Parvenu au quatrième chapitre et au huitième verset de sa première épître, on vient de déchiffrer ces deux mots : « Dieu est » et on ignore tout du reste de la phrase. Ce qui va suivre demeure une énigme… Quelle attente passionnante, insoutenable !

Tout ce que les philosophes ont tant et si vainement cherché, ce que les plus sages d’entre eux ont finalement renoncé à découvrir, une définition de Dieu, une explication claire de ce qu’Il est, la voici donc ! « Dieu est… ». Que va-t-on nous dire ? Quel est-Il ?
Oui, quel est-Il ce Dieu caché « qui habite une lumière inaccessible que nul homme n’a vu ni ne peut voir, que nous cherchons comme en tâtonnant, bien qu’Il ne soit pas loin de chacun de nous » ? (I Timothée 6:16).
Quel est-Il alors pour nous contraindre, faute d’information, à nous écrier comme Job : 
« Oh ! Si je savais comment le trouver ! Voilà, si je vais en avant, Il n’y est pas, et si je vais en arrière, je ne l’y trouve pas davantage, Il se fait entendre à gauche et je ne puis le saisir, Il se cache à droite et je ne l’y vois pas » ? (Job 23:3, 8-9)
Quel est-Il ? Le repos, le salut, l’éternité des hommes, tout est là !

On imagine facilement l’émotion lorsque, penchés sur ce manuscrit ancien, apparaît le troisième mot qui se révèle subitement : amour.

« Dieu est amour »

Que pouvait-on souhaiter de meilleur ? Ce Dieu caché, ce Dieu puissant, ce Dieu saint, 
Il est amour. Que faut-il de plus… car qui dit Dieu, dit amour ? C’est cette révélation qui met fin à toutes les anxiétés, gage assuré par l’œuvre de Jésus-Christ de notre salut et de notre félicité présents, futurs, éternels.
C’est cela la Bonne Nouvelle que nous avons reçue et que nous sommes mandatés à faire connaître au plus grand nombre !

Comme le disait à propos Adolphe Monod, « le véritable amour ne se déclare pas seulement, il se montre, ou mieux encore il se donne… car l’Eternel est bon envers tous ».

Et pourtant… Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants cherchent encore ce troisième mot insoupçonnable de l’affirmation de Jean : « Dieu est amour ». 
Notre vocation première, clairement exprimée sans délai par Jésus lui-même dès sa résurrection, demeure valable en cette fin d’année 2019 : « Allez dans le monde entier, annoncez la Bonne Nouvelle à tous les hommes ». Ils ont besoin de savoir et aussi de comprendre !
C’est ce que nous faisons, tous ensemble, de maison en maison, au travers de notre témoignage soutenu par le contact personnel et par le support de la page imprimée.

Votre présence à nos côtés demeure indispensable pour qu’au travers de votre soutien dans l’action, la prière et l’offrande, nous puissions atteindre la dernière famille de notre ville, 
de notre région, de notre pays et… du monde !

En ce mois de novembre, alors que le jour baisse vraiment sous nos latitudes, nous voulons plus que jamais faire éclater la lumière du salut dans de nombreux foyers… et tous ensemble.

Heureux serons-nous dans la réponse que nous donnerons collectivement à ces lignes.
Heureux, si l’on pourra dire de chacun de nous : Il est plein d’amour ! 
Heureux surtout, si ce Dieu « qui sonde les cœurs et les reins » peut ajouter : Son cœur aussi est amour pour les autres !

Avec l’affection fraternelle et fidèle de toute l’équipe.

 

PS : Depuis le début de l’année, d’importants projets de collaboration ont vu le jour notamment l’événement « Bouge Ta ville Bruxelles » et l’opération du grand départ du « Tour de France » donné depuis la capitale de la Belgique. Après des opérations d’évangélisation isolées qui ont tout de même permis un contact personnel avec près de 100.000 personnes, l’heure est à la généralisation de l’engagement sur l’ensemble du territoire de la Wallonie. Prions pour que les églises évangéliques de Wallonie soient solidaires dans cet engagement de toucher les 1,2 million de familles de cette région. De prochaines rencontres seront organisées avec des communautés de Seraing, Namur et de la banlieue de Charleroi.

 

Pour aller plus loin ensemble et recevoir
nos informations régulières et sujets de prière pour chaque jour